ASTROSAUCATS - Astronomie Gironde 33 (AG33)


Echanges et Partages entre passionnés et curieux de l'astronomie
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Actualités spatiales (Année 2017)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Actualités spatiales (Année 2017)   13/1/2017, 10:06

Les secrets cachés du nuage d'Orion
4 janvier 2017

Le sondage VISTA fournit la vue la plus détaillée du disque moléculaire Orion A dans le proche infrarouge

Cette nouvelle image spectaculaire est une des plus grandes mosaïques en haute résolution du nuage moléculaire Orion A dans le proche infrarouge. Située à 1350 années-lumière de la Terre, c'est la fabrique intensive d'étoiles connue la plus proche de nous. Cette image, réalisée avec VISTA, le télescope de sondage dans l'infrarouge de l'Observatoire de Paranal de l'ESO au nord du Chili, révèle de nombreuses jeunes étoiles et d'autres objets habituellement profondément enfouis dans les nuages de poussière.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Le nuage moléculaire Orion A par VISTA. Crédit : ESO/VISION survey

Cette nouvelle image du sondage VISION (VIenna Survey In Orion) est un montage d'images prises dans le proche infrarouge par le télescope de sondage VISTA à l'Observatoire de Paranal de l'ESO au Chili. Le montage couvre l'ensemble du nuage moléculaire Orion A, un des deux nuages moléculaires géants dans le complexe du nuage moléculaire d'Orion (OMC). Orion A s'étend sur environ huit degrés au sud de la partie bien connue d'Orion appelée l'épée.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" – PGJ Astronomie


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)


Dernière édition par RIGEL le 8/2/2017, 19:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   14/1/2017, 17:54

Hubble fournit une feuille de route interstellaire pour le voyage galactique des Voyagers
6 janvier 2017

En 1977, les satellites Voyager 1 et 2 de la NASA ont commencé leur voyage pionnier à travers le Système solaire pour visiter les planètes géantes extérieures. Maintenant, les Voyagers se précipitent à travers un territoire inexploré lors de leur voyage au-delà de notre Système solaire. En chemin, ils mesurent le milieu interstellaire, l'environnement mystérieux entre les étoiles qui est rempli avec les débris d'étoiles mortes depuis longtemps. Le télescope spatial Hubble de la NASA fournit la feuille de route en mesurant le matériau le long des trajectoires des sondes à mesure qu'elles se déplacent dans l'espace.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Crédit : NASA, ESA, and J. Zachary and S. Redfield (Wesleyan University) ; Artist's Illustration Credit : NASA, ESA, and G. Bacon (STScI)

Hubble trouve une écologie interstellaire riche, complexe, contenant de multiples nuages d'hydrogène, mêlés avec d'autres éléments. Les données de Hubble, combinées avec les Voyagers, ont également fourni de nouvelles perspectives sur la façon dont notre Soleil parcourt l'espace interstellaire.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" – PGJ Astronomie


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   15/1/2017, 11:15

Hubble détecte des « exocomètes » plongeant dans une jeune étoile
6 janvier 2017

Prévision interstellaire pour une étoile voisine: il pleut des comètes ! Les comètes plongent dans l'étoile HD 172555, qui réside à 95 années-lumière de la Terre. Les comètes n'étaient pas vues directement autour de l'étoile. Les astronomes ont déduit leur présence lorsqu'ils ont utilisé le télescope spatial Hubble de la NASA pour détecter le gaz qui est probablement les restes vaporisés de leurs noyaux glacés.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Crédit : ESA/Hubble & NASA ; Acknowledgement : Judy Schmidt (geckzilla)

La présence de ces comètes condamnées fournit des preuves circonstancielles d'une «agitation gravitationnelle» par une planète invisible de la taille de Jupiter, où les comètes déviées par la gravité de l'objet massif sont catapultées dans l'étoile. Ces événements fournissent également de nouvelles connaissances sur l'activité passée et présente des comètes dans notre Système solaire. C'est un mécanisme où des comètes chutantes pourraient avoir transporté de l'eau à la Terre et aux autres planètes intérieures de notre Système solaire. HD 172555 représente le troisième système extrasolaire où les astronomes ont détecté des comètes condamnées et incontrôlables. Tous ces systèmes sont jeunes, âgés de moins de 40 millions d'années.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" – PGJ Astronomie


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   16/1/2017, 11:33

Découverte des « pièges à poussières » spontanés.
Un des chaînons manquants pour comprendre la formation des planètes

7 janvier 2017

Comment les planètes se forment-elles ? Cette question est un enjeu majeur en astrophysique. Jusqu'alors, aucune théorie ne permettait d'y répondre dans son ensemble. Pourtant, une équipe internationale d'astrophysiciens menée par des chercheurs du Centre de Recherche Astrophysique de Lyon [1] a identifié un phénomène physique, la création spontanée de « pièges à poussières », qui permet enfin de lier entre elles les différentes étapes de la formation des planètes.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Mécanisme de formation des pièges à poussières spontanés. Crédit : JF Gonzalez

Les observations montrent que les planètes, celles de notre Système Solaire ou les exo-planètes, se forment dans des disques protoplanétaires. Ces disques sont constitués de gaz et de grains de poussière. Ces derniers, initialement plus petits qu'un micromètre, doivent s'agréger pour former des corps de plus en gros jusqu'à l'obtention d'une planète de plusieurs milliers de kilomètres. Les nombreuses planètes de notre Galaxie suggèrent que le mécanisme de formation doit être simple, efficace et universel !

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" – PGJ Astronomie


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   17/1/2017, 11:38

Hubble capture le « jeu d'ombre » causé par une possible planète
7 janvier 2017

Les mystères étranges dans l'Univers peuvent être trahis par de simples ombres. La merveille d'une éclipse solaire est produite par l'ombre de la Lune, et plus 1 000 planètes autour d'autres étoiles ont été cataloguées par l'ombre passant devant leur étoile mère. Les astronomes ont été surpris de voir une ombre immense déferler sur un disque de gaz et de poussière entourant une jeune étoile voisine. Ils ont une vue d'ensemble du disque, car il est incliné face à la Terre, et l'ombre balaie autour du disque comme les aiguilles se déplaçant sur une horloge. Mais, à la différence entre les aiguilles d'une horloge, l'ombre met 16 ans pour faire une rotation.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Crédit : NASA, ESA, and J. Debes (STScI)

Hubble a 18 ans d'observations de l'étoile, appelée TW Hydrae. Par conséquent, les astronomes pourraient assembler un film chronologique de la rotation de l'ombre. L'expliquer est une autre histoire. Les astronomes pensent qu'une planète invisible dans le disque est en train de soulever des objets lourds par attraction gravitationnelle sur le matériel près de l'étoile et en déformant la partie interne du disque. Le disque intérieur torsadé, mal aligné, jette son ombre sur toute la surface du disque externe. TW Hydrae réside à 192 années-lumière et est âgée d'à peu près 8 millions années.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" – PGJ Astronomie


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   18/1/2017, 11:22

Le VLT part à la recherche de planètes au sein du système Alpha Centauri
6 janvier 2017

L'ESO signe un accord avec Breakthrough Initiatives

L'ESO a signé un accord avec Breakthrough Initiatives visant à adapter l'instrumentation du Very Large Telescope de l'Observatoire Paranal au Chili à la recherche de planètes au sein d'un système stellaire proche, celui d'Alpha Centauri. Ces planètes pourraient constituer les cibles d'éventuelles missions spatiales à venir avec des sondes miniatures lancées dans le cadre de l'initiative Breakthrough Starshot.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Le Very Large Telescope et le système d'étoiles Alpha Centauri. Crédit : Y. Beletsky (LCO)/ESO

L'ESO, représenté par son Directeur Général Tim de Zeeuw, a signé un accord avec Breakthrough Initiatives représenté par Pete Worden, Président de la Fondation du Prix de l'Innovation et Directeur Exécutif de Breakthrough Initiatives. L'accord prévoit le financement des modifications à apporter à l'instrument VISIR (Imageur et Spectromètre du VLT dans l'infrarouge moyen) sur le Very Large Telescope (VLT) de l'ESO, afin de considérablement augmenter sa capacité à détecter de potentielles planètes habitables autour d'Alpha Centauri, le système stellaire le plus proche de la Terre. En outre, l'accord inclut le temps de télescope nécessaire pour mener un programme de recherche approfondi en 2019.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" – PGJ Astronomie


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   19/1/2017, 12:41

NIKA observe la fusion d'amas de galaxies
11 janvier 2017

Une équipe de chercheurs du consortium NIKA, dirigée par Rémi Adam (Laboratoire Lagrange – OCA, UCA, LPSC Grenoble, CNES), Iacopo Bartalucci et Gabriel Pratt (CEA Saclay), a obtenu pour la première fois une image de la vitesse du gaz lors de la fusion de plusieurs amas de galaxies. Ces observations offrent une nouvelle manière d'étudier la formation des amas comme composants essentiels des grandes structures, formés lors des événements les plus énergétiques dans l'Univers. Avant d'obtenir ces observations, le consortium NIKA, dirigé par Alain Benoît et Alessandro Monfardini (Institut Néel), a également construit, testé et mis en service l'instrument.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Image multi-longueur d'onde du groupe d'amas MACS J0717.5+3745 montrant
la distribution des galaxies (en vert, données du télescope spatial Hubble), la densité du gaz (en rouge, rayonnement X,
données Chandra), la pression électronique du gaz (en bleu, caméra NIKA) et le signal kSZ (contours jaunes, NIKA).
Les cercles rouges (A, B, C et D) indiquent la position des principaux sous-amas. A la distance de l'amas (environ 5 milliards
d'années-lumière), la taille de l'image correspond à environ 5 millions d'années-lumière. Crédit : Consortium NIKA

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" – PGJ Astronomie


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   20/1/2017, 17:22

ALMA commence ses observations du Soleil
17 janvier 2017

De nouvelles images acquises par le Vaste Réseau (Sub-)Millimétrique de l'Atacama (ALMA) au Chili ont révélé des détails invisibles de notre Soleil, notamment le cœur sombre et tortueux d'une tâche solaire dont la taille avoisine les deux diamètres terrestres. Ces images du Soleil sont les toutes premières obtenues au moyen d'un instrument dont l'ESO est partenaire. Les résultats ouvrent une nouvelle fenêtre d'observation des processus physiques qui gouvernent notre étoile. Les antennes d'ALMA ont été spécifiquement conçues pour pouvoir imager le Soleil sans être endommagées par l'intense flux de chaleur généré par la focalisation de la lumière.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
ALMA observe une tâche solaire géante (1,25 millimètre). Crédit : ALMA (ESO/NAOJ/NRAO)

Des astronomes ont exploité le riche potentiel d'ALMA pour imager le rayonnement millimétrique en provenance de la chromosphère solaire – cette région qui surplombe la photosphère, ou surface visible du Soleil. L'équipe de la campagne solaire, un groupe international d'astronomes européens, nord-américains et est-asiatiques, a produit des images témoignant de la capacité d'ALMA à scruter l'activité solaire à des longueurs d'ondes plus élevées que celles généralement observées depuis la surface de la Terre.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" – PGJ Astronomie


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   21/1/2017, 16:59

Cérès, un objet transneptunien ?
18 janvier 2017

Une équipe internationale composée principalement de chercheurs français du LAM (CNRS-Aix-Marseille université) a révélé la présence de poussières exogènes à la surface de la planète naine Cérès, le plus gros astéroïde de la ceinture principale. Cette contamination provient vraisemblablement d'un nuage de poussières situé dans la ceinture principale externe et qui s'est formé à la suite d'une collision récente, il y a un moins de 10 millions d'années. Cette étude remet en question le lien de parenté entre Cérès et les astéroïdes de sa classe spectrale (dits de type C) et ouvre la possibilité d'une origine trans-neptunienne : Cérès et Orcus pourraient être « jumeaux ». Cette étude est publiée le 16 janvier 2017 dans The Astronomical Journal.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Pour cette étude, les observations ont été réalisées dans l'infrarouge thermique avec SOFIA, un télescope embarqué à bord d'un avion. Crédit : DLR

Les poussières interplanétaires, qui sont à l'origine de la plupart des étoiles filantes, représentent la fraction la plus importante de la matière extraterrestre accrétée par la Terre. Une équipe menée par Pierre Vernazza, CNRS au Laboratoire d'Astrophysique de Marseille, LAM a démontré qu'il en est vraisemblablement de même pour les astéroïdes. Pierre Vernazza explique « en analysant les propriétés spectrales de la planète naine Cérès, nous avons détecté la présence d'un composant anhydre à sa surface (des particules fines de pyroxène). Or tous les modèles d'évolution thermique pour cet objet prédisent une surface composée uniquement de minéraux hydratés (carbonates, phyllosilicates). L'hypothèse d'une origine endogène pour les particules de pyroxène semble ainsi peu plausible et une origine exogène apparaît comme la plus probable ».

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" – PGJ Astronomie


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   22/1/2017, 10:47

La toile cosmique dans l'Univers distant dévoilée pour la première fois par le sondage VIPERS
19 janvier 2017

Le plus grand projet jamais réalisé par les télescopes de l'Observatoire Austral Européen (ESO) pour cartographier l'Univers en trois dimensions vient de se terminer avec la mesure précise de la position de plus de 90 000 galaxies lointaines [1]. La mise à disposition publique des données du sondage spectroscopique VIMOS Public Extragalactic Redshift Survey (VIPERS) le 18 novembre a été l'occasion de la sortie d'une série de résultats de premier plan, qui mettent en lumière l'importance de la structure à grande échelle de l'Univers pour comprendre la cosmologie et la formation des galaxies. Ces travaux ont été menés par une équipe internationale dans laquelle des chercheurs français du Laboratoire d'Astrophysique de Marseille, du Centre de Physique Théorique de Marseille et de l'Institut d'Astrophysique de Paris sont fortement impliqués.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Distribution spatiale des galaxies
dans les deux champs explorés par le relevé VIPERS, les champs W1 et W4
du Canada-France-Hawaii-Telescope Legacy Survey. Crédit : LAM

Le sondage spectroscopique VIPERS a été mené pendant 8 ans à partir du spectrographe VIMOS au Very Large Telescope de l'ESO. Le but de ce projet a été de collecter des spectres de galaxies lointaines sur deux grands volumes de l'Univers tel qu'il était entre 5 et 9 milliards d'années après le Big Bang. L'échantillon de galaxies obtenu a révélé de manière très détaillée, et pour la première fois à ces époques lointaines, comment les galaxies étaient distribuées à grande échelle, révélant une toile cosmique gigantesque, constituée de vides, filaments et nœuds. Cette toile contient l'essentiel du contenu en matière de l'Univers.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" – PGJ Astronomie


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   23/1/2017, 10:14

Gene Cernan, le dernier homme à avoir marché sur la Lune, est mort
17 janvier 2017

Le 16 janvier, la Nasa a annoncé la disparition d’Eugene Cernan, alias Gene Cernan, un des pionniers de la conquête spatiale. L’Homme a pu réaliser son rêve d’enfant d’aller dans l’espace, et cela par trois fois. Le 14 décembre 1972, il devint le dernier à fouler le sol lunaire.


Cliquez sur l'image pour voir le film. Extrait du film The Last Man on the Moon.
Le 18 mai 1969, Eugene Cernan se prépare pour la mission Apollo 10
visant à survoler la surface de la Lune. Crédit : NASA

Un des grands héros universels de la conquête spatiale s'est éteint ce lundi 16 janvier 2017, à l'âge de 82 ans. « Nous déplorons la perte de l'astronaute de la Nasa à la retraite Gene Cernan, le dernier Homme à avoir marché sur la Lune », a écrit dans un communiqué l'administrateur de l'Agence spatiale américaine, Charlie Bolden.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   24/1/2017, 12:25

Lunar Quattro, la voiture qu'Audi va envoyer sur la Lune
18 janvier 2017

Le constructeur allemand Audi termine la mise au point d'une voiture qui roulera non pas sur Terre mais sur la Lune : la Audi Lunar Quattro. Ce rover est réalisé dans le cadre du concours Google Lunar X Prize et pourrait être lancé d'ici la fin de l'année.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
L'Audi Lunar Quattro doit permettre à Audi d'explorer de nouvelles voies technologiques et d'en apprendre beaucoup sur
la façon dont se comportent les composants automobiles dans des conditions extrêmes. Crédit : Audi, Part-Time-Scientists

Il y a dix ans, en 2007, la société Google et la fondation X Prize ont mis sur pied le Google Lunar X Prize. Il s'agit d'une course d'engins spatiaux vers la Lune ayant plusieurs objectifs distincts susceptibles de permettre aux trois premiers de se partager trente millions de dollars. Cette course n'engage pas des Hommes mais des rovers ; six équipes sont encore en lice, dont l'allemande Part-Time-Scientists (ce qui signifie littéralement « les scientifiques à temps partiel »), avec Audi comme principal partenaire.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   25/1/2017, 12:47

La planète naine Cérès serait née au-delà de Neptune
19 janvier 2017

Une découverte fortuite renforce l’attrait scientifique pour Cérès. La présence de poussières exogènes à la surface de la planète naine, par ailleurs le plus gros objet de la ceinture principale, indique qu'elle s'est formée bien plus loin de son emplacement actuel. Comme nous l'explique Pierre Vernazza, le chercheur à l'origine de cette découverte, Cérès est un des astéroïdes sur lequel il est opportun d'envoyer une mission à sa surface.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Composition de surface et structure interne de la planète naine Cérès.
La surface apparaît comme un mélange de poussières anhydres (pyroxène), vraisemblablement exogènes, et de poussières
hydratées endogènes (phyllosilicates, carbonates). Les modèles prédisent également la présence d’un noyau rocheux.
Crédit : LAM, Nasa, JPL-Caltech, UCLA, MPS, DLR, IDA

Depuis près de deux ans, la sonde Dawn nous fait découvrir la planète naine Cérès, un objet faisant le lien entre les petits corps, dont il ne fait pas partie, et les plus gros comme les satellites de Jupiter. L'histoire de sa formation commence à être mieux comprise, à commencer par son lieu de naissance, bien différent de sa position actuelle. « Elle s'est très vraisemblablement formée dans le Système solaire externe, au-delà de l'orbite de Jupiter, nous expliquait en juillet 2016 Pierre Vernazza, chargé de recherche au CNRS et chercheur au Laboratoire d’astrophysique de Marseille. La migration des planètes géantes l'aurait éjectée vers l'intérieur, là où elle se trouve aujourd'hui ».

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   26/1/2017, 17:16

Satellites Galileo : des pannes sur les horloges atomiques
19 janvier 2017

Les horloges atomiques de plusieurs satellites Galileo sont tombées en panne, certaines depuis plusieurs semaines déjà. Pour l'instant, ni le fonctionnement de la constellation, ni le service partiel proposé aux utilisateurs (seuls 18 satellites sont en orbite sur les 30 prévus) ne sont perturbés. Jan Woerner, directeur général de l'ESA (Agence spatiale européenne), s'est expliqué à ce sujet.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Les satellites Galileo embarquent deux types d’horloges atomiques :
des masers à hydrogène passif (flèche rouge en haut à gauche) et des horloges atomiques au rubidium,
visibles au premier plan. Crédit : Surrey Satellite Technology Ltd (SSTL)

Qu'est-il donc arrivé aux horloges atomiques de la constellation de satellites Galileo ? Jan Woerner, directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA), a dû répondre à cette question lors de son point presse annuel (celui-ci permet habituellement de faire le bilan de l'année écoulée et de donner un aperçu des principaux évènements et rendez-vous de l'année à venir ; il a lieu au siège de l'agence, à Paris). En effet, 9 horloges atomiques (sur 72) des satellites Galileo déjà en orbite sont en panne.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   27/1/2017, 11:43

Vie sur Mars : des bactéries productrices de méthane survivraient sans problème
20 janvier 2017

Depuis plusieurs décennies, les microbiologistes testent les limites des organismes terrestres dans des conditions martiennes. Plusieurs études menées avec des bactéries méthanogènes montrent qu'elles pourraient prospérer dans un tel environnement. Elles constitueraient donc des explications crédibles aux traces de méthane découvertes dans l'atmosphère de Mars.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Le sol du cratère Gale, qui fut autrefois un lac, photographié par le rover Curiosity. Crédit : NASA

La découverte de traces de méthane dans l'atmosphère de Mars en 2004 a renouvelé les spéculations sur la présence de la vie sur la planète rouge. En effet, ce gaz ne devrait pas subsister longtemps dans l'atmosphère martienne ce qui implique qu'une source quelconque en renouvelle le contenu. Parmi les origines possibles, celle qui fascine le plus est évidemment sous forme de micro-organismes qui seraient des cousins des méthanogènes terrestres. Ce sont des archées qui peuvent prospérer dans des environnements extrêmes comme les déserts, les glaces du Groenland et même les geysers et les évents hydrothermaux. Pour se développer, ils n'ont besoin que du gaz carbonique et de l'hydrogène comme source d'énergie car ce ne sont pas des organismes photoautotrophes (effectuant la photosynthèse), mais bien chimiotrophes. Anaérobies, ils sont donc capables de prospérer dans des milieux anoxiques, sans oxygène, et dépourvus de matière organique. En clair, il s'agit bien d'extrêmophiles et les chercheurs se sont bien sûr demandé s'ils ne seraient pas capables de survivre sur Mars.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   28/1/2017, 11:05

Les mémoires magnétiques du futur seront-elles en grenat
20 janvier 2017

Des mémoires magnétiques toujours plus rapides et toujours moins gourmandes en énergie : c'est la quête permanente de l'industrie de l'électronique. La dernière trouvaille en date repose sur des grenats de synthèse particuliers, les YIG, où des bits d'informations peuvent être écrits et lus avec des impulsions laser.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Le principe de l'inscription par impulsion laser de bits d'informations
dans une mémoire magnétique en grenat. Les impulsions sont polarisées,
c'est-à-dire que le champ électrique oscille dans une direction indiquée
par les flèches. Crédit : Radboud University

La quantité d'informations générées et enregistrées par les réseaux sociaux ne cesse de grandir et ce n'est là qu'une petite partie de l'infosphère. Comme toute information a une base physique, ainsi que l'ont montré notamment Léon Brillouin et Rolf Landauer, cela a un coût en énergie et en particulier en dissipation de chaleur. Il n'est donc pas étonnant que Google, Facebook et Microsoft se soient préoccupés depuis des années du refroidissement des datacenters, jusqu'à en localiser dans des pays froids, comme la Suède et la Finlande, et même à envisager de les construire au fond des mers.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   29/1/2017, 18:20

La glace interstellaire a-t-elle favorisé l’apparition de la vie
21 janvier 2017

Alors que l'observation d'autres systèmes planétaires bat son plein, l'exobiologie est à la recherche des clés de l'apparition de la vie. En 2008, une étude originale montrait que la glace enrobant les grains de poussières des nuages interstellaires pourrait jouer un rôle important.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Un globule de Bok. Crédit : ESO

L'eau nous semble banale mais pour les physiciens et les chimistes, elle est une des substances les plus mystérieuses et les plus étranges de l’Univers et recèle encore bien des secrets. Un colloque organisé en 2008 par la European Science Foundation (ESF) fut l'occasion de le rappeler pour des chercheurs comme Julyan Cartwright et C. Ignacio Sainz-Diaz, tous deux membres de l'Institut des Sciences de la Terre Andalouse de l'université de Grenade en Espagne.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   30/1/2017, 10:41

SpaceX et Boeing ne transporteront des astronautes qu’en 2018
23 janvier 2017

Boeing et SpaceX doivent envoyer des astronautes à destination de la Station spatiale internationale (ISS), mais quand ? L’ouverture de ce service commercial régulier était initialement prévue en 2017 ; ce sera plutôt fin 2018, début 2019. Des retards ont en effet été pris dans le développement des deux futurs taxis américains de l’espace et le lanceur Falcon 9 a connu plusieurs échecs.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Assemblage de la partie haute et de la partie basse
de la capsule CST-100 Starliner, de Boeing, en novembre 2016, dans une des salles blanches
du Commercial Crew and Cargo Processing Facility du centre spatial Kennedy, en Floride.
Crédit : Boeing, NASA

Début janvier, la Nasa a octroyé de nouveaux contrats de lancements d'astronautes à SpaceX et Boeing. À ce jour, les deux industriels sont donc engagés contractuellement avec l'Agence spatiale américaine pour un total de 12 missions (6 chacun).

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   31/1/2017, 10:11

Jupiter : ses vents dévastateurs recréés en laboratoire
25 janvier 2017

Pour expliquer la stabilité séculaire des courants-jets violents de Jupiter et sonder la structure de la géante, un groupe de physiciens a réalisé en laboratoire une expérience avec un réservoir d'eau en rotation. Pour la première fois, elle a permis de reproduire les analogues de ces jets.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Diagonalement de gauche à droite et de bas en haut,
des images du pôle sud de Jupiter vues par la sonde Cassini. En complément, des images
avec des particules colorées traçant les courants et les bandes dans l'expérience réalisée
en laboratoire. Les correspondances sont frappantes. Crédit : UCLA

La dynamique des fluides planétaires dans un référentiel en rotation est fascinante mais elle pose de redoutables problèmes aux chercheurs qui veulent la comprendre uniquement avec des outils analytiques, c'est-à-dire le calcul infinitésimal. De la turbulence, des courants de convections et des ondes dans l'atmosphère terrestre à celles qui règnent dans la partie liquide du noyau de la Terre, les géophysiciens et les mathématiciens en savent quelque chose. C'est pourquoi ils tentent d'investiguer le contenu des équations de Navier-Stokes pour la mécanique des fluides dans ces situations à l'aide de simulations numériques ou analogiques comme celle réalisée avec l'expérience VKS.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   1/2/2017, 11:33

Un nouveau test de vie sur d'autres planètes
31 janvier 2017

Une méthode chimique simple pourrait considérablement améliorer la façon dont les scientifiques cherchent des signes de vie sur d'autres planètes. Le test utilise une technique à base de liquide connue sous le nom d'électrophorèse capillaire pour séparer un mélange de molécules organiques de ses composants. Il a été conçu spécifiquement pour analyser les acides aminés, les blocs de construction structurels de toute vie sur Terre.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Crédit : Mono County Tourism

La méthode est 10.000 fois plus sensible que les méthodes actuelles employées par des engins spatiaux comme le rover Mars Curiosity de la NASA, selon une nouvelle étude publiée dans Analytical Chemistry. L'étude a été réalisée par des chercheurs du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, à Pasadena, en Californie.

Pour voir l'intégralité de l'article en anglais : cliquez ICI.

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" – PGJ Astronomie


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   2/2/2017, 11:21

L'impression 3D, arme de construction massive pour les lanceurs Ariane, présents et futurs
25 janvier 2017

Dans les moteurs de la future Ariane 6 et, plus encore, dans les programmes à venir, l'impression 3D, ou fabrication additive, commence à s'imposer. Déjà, l’actuel Vulcain 2, en service aujourd'hui, exploite cette technique. Elle réduit considérablement les temps et les coûts de production, et permet de réaliser des pièces à peu près impossibles à construire avec des méthodes classiques. Découvrez ces objets étranges, à embarquer dans les lanceurs du futur.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Croix de cardan du Vulcain 2 d'Ariane 5 réalisée en fabrication additive à partir d'une poudre d'Inconel 718.
Crédit : Airbus Safran Launchers

Le secteur spatial a vite adopté la fabrication additive, plus communément appelée impression 3D. Cette technologie permet de produire en seulement quelques heures des pièces de formes complexes difficiles ou très longues à réaliser avec les techniques classiques, moulage ou usinage. Outre ce gain de temps, le recours à l'impression 3D permet une réduction très importante des coûts et des cycles de fabrication.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   3/2/2017, 17:44

Pan-STARRS publie un catalogue de 3 milliards de sources astronomiques
31 janvier 2017

Le projet Pan-STARRS publie le plus grand sondage numérique du ciel au monde. Le catalogue est basé sur 4 années d'observations de 3/4 du ciel nocturne et fournit des informations détaillées sur plus de 3 milliards d'étoiles, galaxies et autres sources.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Crédit : Danny Farrow, Pan-STARRS1 Science Consortium und Max-Planck-Institut für extraterrestrische Physik

Pour voir l'intégralité de l'article en anglais : cliquez ICI.

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" – PGJ Astronomie


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   4/2/2017, 10:45

Gaia détecte un nouvel astéroïde
31 janvier 2017

Gaia-606 est le premier astéroïde détecté grâce aux données de Gaia. Le 26 octobre 2016, peu de temps après sa mise en service au centre de calcul GAIA du CNES, le logiciel de détection d'astéroïdes dans les données GAIA a émis sa 1ère « alerte » : la détection d'un objet se déplacement rapidement dans les données reçues du satellite européen. Des observations complémentaires effectuées par des équipes de l'Observatoire de Paris et de l'Observatoire de Haute-Provence dans les jours suivants ont identifié l'objet comme étant un astéroïde non catalogué à ce jour.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir. L'astéroïde Gaia-606 le 26 octobre 2016. Crédit : Observatoire de Haute-Provence & IMCCE

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" – PGJ Astronomie


ACTUALITES SPATIALES (Année 2016)
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Actualités spatiales (février)   5/2/2017, 10:58

Le chat céleste rencontre le homard cosmique
1er février 2017

Les astronomes étudient depuis fort longtemps les nuages de gaz brillant et de poussière cosmique référencés NGC 6334 et NGC 6357. Cette nouvelle et gigantesque image acquise par le Télescope de Sondage du Very Large Telescope de l'ESO en constitue simplement la plus récente. Dotée de quelque deux milliards de pixels, elle est l'image la plus vaste publiée à ce jour par l'ESO. Les formes suggestives qu'arborent ces nuages expliquent leurs appellations respectives : la Nébuleuse de la Patte de Chat et la Nébuleuse du Homard.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Les Nébuleuses de la Patte de Chat et du Homard. Crédit : ESO

NGC 6334 se situe à quelque 5500 années-lumière de la Terre. NGC 6357 est quant à elle plus éloignée – distante d'environ 8000 années-lumière. L'une et l'autre appartiennent à la constellation du Scorpion, et se situent non loin de l'extrémité de sa redoutable queue.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" – PGJ Astronomie


ACTUALITES SPATIALES (Année 2017)


Dernière édition par RIGEL le 8/2/2017, 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 17700
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 50
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   6/2/2017, 12:19

SN 2014C la supernova caméléon qui étonne les astronomes
1er février 2017

Une supernova observée sur Terre en 2014 bouleverse la théorie de l'évolution stellaire conduisant à ces explosions. SN 2014C s'est en effet manifestée d'abord comme une supernova de type SN Ia pour finalement apparaître sous l'aspect d'une SN II.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Cette photo prise dans le domaine visible dans le
cadre du Sloan Digital Sky Survey montre la galaxie spirale NGC 7331 où on a observé la supernova inhabituelle SN 2014C.
En bas à droite, la supernova observée dans le domaine des rayons X. Crédit : NASA

La nature des supernovae a commencé à être comprise au cours des années 1930. Les théories à leur sujet ont bénéficié du développement rapide de l'astrophysique nucléaire après la seconde guerre mondiale. Les observations à leur sujet sont devenues de plus en plus précises et avec l'avènement de l'astrophysique des rayons X et gamma dans l'espace, nous pourrions croire que nous avons maintenant atteint le stade où nous ne faisons plus que raffiner les modèles de ces explosions d'étoiles temporairement aussi lumineuses que des galaxies entières comme la Voie lactée.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2017)


Dernière édition par RIGEL le 8/2/2017, 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2017)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Actualités spatiales (Année 2017)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 10Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASTROSAUCATS - Astronomie Gironde 33 (AG33) :: Le coin des passionnés :: Horizon des évènements-
Sauter vers: