ASTROSAUCATS - Astronomie Gironde 33 (AG33)

Partagez | 
 

 Actualités spatiales (Année 2018)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   24/4/2018, 10:47

Vénus, connait-elle une tectonique des plaques ?
11 avril 2018

De nouvelles analyses des données du radar de Magellan suggèrent qu'une tectonique des plaques particulière existerait sur Vénus. Elle ressemblerait à celle que l'on peut observer sur une banquise chaotique.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Crédit : Retro Space HD
Une présentation de la mission Magellan avant son lancement.

La Terre est une planète vivante, c'est le message porté par le titre d'un merveilleux ouvrage sur le volcanisme de Maurice et Katia Krafft à la fin des années 1970, juste après le triomphe éblouissant de la théorie de la tectonique des plaques, l'avatar moderne de la théorie de la dérive des continents d'Alfred Wegener. C'est en effet grâce à cette tectonique des plaques que des océans et des mers se ferment et s'ouvrent et que des montagnes s'érigent alors qu'en réponse l'évolution change de route, parfois en raison d'un important volcanisme.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   25/4/2018, 11:44

Cheops, une mission d’étude des exoplanètes connues
12 avril 2018

Alors que la Nasa s'apprête à lancer le satellite Tess pour succéder à Kepler, en Europe on prépare aussi des missions dédiées aux exoplanètes. La première à être lancée sera Cheops fin 2018 ou début 2019. Ce satellite observera seulement des étoiles de notre voisinage où des exoplanètes ont été détectées. Cette mission de l'ESA est réalisée par un consortium d'instituts de onze pays européens, dont le laboratoire d'astrophysique de Marseille.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Le télescope Cheops. D'ici quelques jours, le télescope sera intégré au satellite,
dans l'usine madrilène d'Abribus Defence and Space. Crédit : Photo Thomas Beck, Université de Bern

À la fin de l'année s'ouvrira une fenêtre de tir pour un autre satellite dédié à l'observation et l'étude des exoplanètes. Il s'agit de Cheops, acronyme de CHaracterising ExOPlanet Satellite (satellite pour la caractérisation d'exoplanètes), conçu pour permettre de mesurer de façon précise le rayon de plusieurs dizaines d'exoplanètes connues en mesurant leur transit. « Une telle mesure permettra de déterminer la structure interne de ces planètes », nous explique Magali Deleuil, responsable scientifique pour la fourniture du logiciel de réduction des données. Ce logiciel construira la courbe de lumière prête pour les analyses scientifiques à partir de la série d'images "brutes" fournies par l'instrument.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   26/4/2018, 11:40

Un hôtel dans l’espace, c’est possible ?
12 avril 2018

Malgré les promesses non tenues, le marché du tourisme spatial est toujours perçu comme prometteur. Quelques sociétés font le pari d'être les pionniers de l'hôtellerie spatiale. Mais aucun projet n'a dépassé le stade des études préliminaires. Orion Span, qui prévoit d'ouvrir un hôtel en orbite dès 2022, réussira-t-elle ? Rien n'est moins sûr.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Les deux premiers modules de l'hôtel Aurora Station d'Orion Span. Crédit : Orion Span

À l'ère du « New Space », les projets d'activités touristiques spatiales foisonnent, avec une large gamme de loisirs envisagés. Des vols suborbitaux à la frontière de l'espace jusqu'aux balades en orbite lunaire en passant par des séjours à bord de stations spatiales ou des aventures martiennes, les idées ne manquent pas pour passer ses vacances hors de la Terre ! En 2001, déjà, un projet russe d'hôtel spatial défrayait la chronique (voir l'article plus bas).

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   27/4/2018, 14:37

Des fusions de trous noirs catalysées dans les amas globulaires ?
13 avril 2018

Les amas globulaires seraient le lieu de véritables réactions en chaîne catalysant la formation de trous noirs binaires de plus en plus massifs, d'après de nouvelles simulations numériques décrivant l'évolution des amas, en tenant compte de la relativité générale. Ligo et Virgo devraient ainsi détecter des trous noirs dépassant les 50 masses solaires.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Crédit : Northwestern Visualization/Carl Rodriguez
Vue d’artiste d’un trou noir binaire et de ses effets de lentille gravitationnelle

Ligo, puis Virgo ont détecté de spectaculaires fusions de trous noirs grâce aux ondes gravitationnelles émises par ces astres compacts formant des systèmes binaires, dans les derniers moments, avant et pendant leur collision. La première détection a été une surprise car les trous noirs étaient plus massifs que prévu. Surprenante également, a été la détermination des moments cinétiques des trous noirs dans les évènements observés. On peut déduire les valeurs de ces moments en analysant la forme des ondes gravitationnelles. Elles se sont avérées plus faibles que prévu, les trous noirs ne tournaient pas rapidement sur eux-mêmes.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   28/4/2018, 10:54

Tornades solaires : les scientifiques avaient tout faux !
16 avril 2018

En étudiant avec des moyens modernes les tornades solaires découvertes au cours du XXe siècle, les astrophysiciens solaires ont découvert récemment qu'elles n'existaient pas.


Cliquez sur l'image pour voir le film. De superbes images du Soleil pour fêter
les 5 ans du satellite SDO Le satellite Solar Dynamics Observatory a 5 ans.
Depuis 2010, il envoie régulièrement de fascinants clichés du Soleil vers notre
Planète. Voici l’occasion de les découvrir en vidéo. Crédit : Futura Youtube

On s'accorde généralement à faire de Galilée le découvreur des taches solaires. L'observation du Soleil se poursuivant, les astrophysiciens vont ensuite se concentrer sur les observations de la couronne solaire que l'on pouvait voir lors des éclipses et aussi sur l'étude du spectre solaire au cours du XIXe siècle, grâce à la découverte de la spectroscopie des éléments, développée par les physiciens Joseph von Fraunhofer, Gustav Kirchhoff et le chimiste Robert Bunsen.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   29/4/2018, 17:08

Disques protoplanétaires : une étonnante diversité dans le cosmos
16 avril 2018

L'instrument Sphere du VLT permet aux astronomes de former des images directes d'exoplanètes et de disques protoplanétaires, similaires à celui où sont nées les planètes du Système solaire. Ces disques apparaissent maintenant avec un zoo de formes et de tailles, plus diverses que l'on ne l'imaginait.


Cliquez sur l'image pour voir le film. De nouvelles images acquises
par l’instrument Sphere révèlent, avec des détails insoupçonnés, les disques
de poussière autour de jeunes étoiles proches. Crédit : ESO

André Brahic aimait souligner que l'exploration du Système solaire à laquelle il avait participé avec les missions Voyager puis avec celle de Cassini avaient montré sa grande diversité. Les surprises étaient au rendez-vous et cela n'a pas changé quand ce fut le tour de la rencontre entre Pluton, son satellite Charon et la sonde de la mission New Horizons.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   30/4/2018, 08:02

Cratères sur la Lune : une intelligence artificielle en découvre 6.000 nouveaux
21 avril 2018

La Lune montre toujours le même visage à la Terre, constellé de cratères glanés depuis la plus tendre enfance du Système solaire. Combien y en a-t-il ? Les humains les comptent méticuleusement depuis des lustres, avec peine. L'intelligence artificielle change tout : un réseau neuronal, bien entraîné, vient d'en repérer des milliers qui avaient échappé à l'attention des astronomes. Et elle n'a pas l'intention de s'arrêter là.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. À gauche, les cratères lunaires identifiés par l’outil informatique ;
à droite, ceux catalogués par les êtres humains. L’IA est parvenue à repérer les cratères déjà connus (en bleu),
en a manqué certains (en mauve, image de droite), mais en a aussi identifié de nouveaux (en rouge, image de gauche).
Crédit : Ari Silburt et al., 2018, arXiv

À une époque où les chercheurs croulent sous des montagnes de données astronomiques acquises par les télescopes terrestres et les sondes spatiales, l'intelligence artificielle arrive en sauveur. Déjà enrôlée dans la recherche d'exoplanètes ou la classification des galaxies, la voilà qui s'essaie au recensement des cratères lunaires.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   1/5/2018, 11:20

Les diamants d’une météorite révèlent une planète disparue
23 avril 2018

La météorite tombée en 2008, venue de l'astéroïde 2008 TC3, s'est formée à grande profondeur, vient de révéler son analyse. Ce petit corps a dû un jour se trouver dans un embryon de planète au moins de la taille de Mercure, détruite par une violente collision il y a environ 4,5 milliards d'années.


Cliquez sur l'image pour voir le film. Une présentation de l'exposition "Météorites,
entre ciel et terre", qui se poursuit jusqu'au 10 juin 2018 à la Grande galerie de
l'évolution du Jardin des plantes, à Paris. Crédit : Muséum national d'histoire naturelle

Le Catalina Sky Survey est une campagne d'observation menée avec des télescopes situés sur les monts Santa Catalina, près de Tucson, dans l'Arizona. Il s'agissait d'identifier et de recenser des objets géocroiseurs, et en particulier ceux potentiellement dangereux (en anglais Potentially Hazardous Object, ou PHO). En janvier 2018, on connaît ainsi 1.885 astéroïdes qualifiés de potentially hazardous asteroids (PHA), dont 157 ont une taille estimée de plus d'un kilomètre.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   2/5/2018, 09:27

Les lunes de Mars, Phobos et Deimos, seraient bien nés d’un impact
24 avril 2018

De nouvelles simulations conduites par l'astrophysicienne Robin Canup, qui a aidé à accréditer le modèle de l'impact géant pour expliquer l'origine de la Lune, renforcent un scénario proposé pour expliquer l'origine des lunes de Mars. La Planète rouge serait ainsi entrée en collision avec un corps céleste de la taille de Vesta ou Cérès.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Un extrait des nouvelles simulations de la formation de Phobos et Deimos.
Les couleurs indiquent des températures élevées en kelvins à cause de l'impact. Crédit : Southwest Research Institute

Les deux lunes de Mars n'ont été découvertes que dans la seconde moitié du XIXe siècle, plus précisément en 1877 et à quelques jours d'intervalle pendant le mois d'août, par l'astronome états-unien Asaph Hall. Leurs noms furent initialement suggérés à Hall par Henry Madan, professeur au collège d'Eton, d'après le livre XV de l'Iliade. Hall les appela donc Phobos et Deimos, c'est-à-dire les jumeaux que le dieu Arès (Mars dans la mythologie romaine) eût de la déesse Aphrodite, et qui sont donc des divinités mineures de la mythologie grecque, signifiant respectivement en grec la Peur et la Terreur. C'est anecdotique mais Kepler avait affirmé plus de deux siècles auparavant que la Planète rouge avait deux lunes. Pythagoricien et platonicien, il avait proposé une loi mathématique pour prédire l'occurrence des lunes planétaires en faisant remarquer que la Terre avait une lune et Jupiter quatre.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   3/5/2018, 10:03

La NASA veut envoyer des Hommes sur Mars via la Lune
24 avril 2018

Entre mars et avril, la Nasa a dévoilé ses plans pour l'exploration humaine de la Lune et du système martien. Elle a rendu publics le calendrier des missions d'assemblage et de logistique ainsi que celui des missions habitées. Objectif final : aller sur Mars au cours de la décennie 2030.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Le Deep Space Gateway est un projet de station proche de la Lune. Crédit : NASA

Aux États-Unis, chaque nouveau président a sa vision personnelle du programme d'exploration humaine de l'espace. En 2010, Barack Obama avait abandonné le programme Constellation, mis en place en 2004 par George W. Bush, qui prévoyait le retour sur la Lune et les premières missions habitées vers Mars. Il avait préféré donner la priorité à des missions habitées vers des astéroïdes et les lunes de Mars, qui pourraient être utilisées pour préparer l'envoi d'un équipage international sur la Planète rouge. Il avait également décidé de confier au secteur privé la desserte de l'orbite basse, que ce soit pour transporter du fret ou des Hommes, avec les taxis de l'espace de Boeing et SpaceX. Obama a aussi chargé la Nasa de concevoir un système de transport pour l'exploration. Ce sera le lanceur SLS (Space Launch System) et le véhicule Orion, que Donald Trump n'a pas remis en cause.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   4/5/2018, 10:08

Uranus sentirait l’œuf pourri
24 avril 2018

Après des années d'interrogations sur ce qui compose les nuages de la haute atmosphère d'Uranus, des astronomes viennent de démasquer le gaz qui prédomine. Et cela ne sent pas bon du tout. L'identification du « coupable » permet aussi aux chercheurs d'en savoir plus sur la naissance des planètes.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir.
Portrait d’Uranus par la sonde Voyager 2 qui l’a approchée en 1986. Crédit : NASA, JPL-Caltech

C'est un débat qui dure depuis des années : les nuages dans la haute atmosphère d'Uranus sont-ils composés de glace d'ammoniac ou de glace de sulfure d'hydrogène ? Eh bien, Patrick Irwin, de l'université d'Oxford, et son équipe, ont tranché la question : dans une étude qui vient de paraître dans Nature Astronomy, ils affirment que c'est cette dernière molécule qui domine... autrement dit, ça pue l'œuf pourri sur Uranus !

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   5/5/2018, 17:25

Le satellite Gaïa nous offre la carte la plus détaillée de la Voie Lactée
26 avril 2018

Les données se bousculent dans la deuxième édition du catalogue du satellite Gaia. Les astronomes ont les yeux qui brillent de tous ces trésors d'informations sur des centaines de millions d'étoiles, et donc sur notre Galaxie, son histoire, etc. Il y en a pour tout le monde et plein de surprises en perspective !


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Image composite de la position et de la luminosité de près de 1,7 milliard d’étoiles
dans la Voie Lactée mesurées avec précision par le satellite Gaïa. Crédit : ESA, Gaïa, DPAC

L'ESA vient de publier le Data Release 2 de son satellite Gaia (lancé en 2013). Ce deuxième catalogue d'objets, fruit d'une collaboration de plusieurs centaines de scientifiques, est d'une richesse considérable, sans commune mesure avec les précédents. Il y a une trentaine d'années, le célèbre Hipparcos, pionnier dans l'astrométrie spatiale de précision, cartographiait 118.000 étoiles. En 2016, dans une première mouture, Gaia nous dévoilait à l'issue de sa première année d'observation, les mouvements et distances de quelque deux millions d'étoiles... Un bel avant-goût, déjà étourdissant et qui bien sûr aiguisait l'appétit de la communauté des astronomes de ce qui allait advenir. Et ça n'a pas manqué...

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   6/5/2018, 18:05

Extraterrestre : la gravité les empêcherait de quitter leur planète
27 avril 2018

Et si le voyage intersidéral, quand on l'aura maîtrisé, nous conduisait à porter secours à des extraterrestres prisonniers sur des superterres ? Car ces infortunés auraient en effet toutes les difficultés du monde à faire décoller des fusées depuis la surface de ces exoplanètes telluriques bien plus grosses que la Terre. C'est ce qu'affirme un astronome allemand.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Par comparaison, de gauche à droite : les pyramides de Gizeh
(environ 150 m de haut) ; Ariane 5 ; le Delta Heavy ; le Falcon 9 ; le Falcon Heavy ; la navette spatiale américaine ;
Saturne V ; et enfin, la fusée géante de 400.000 tonnes que des extraterrestres devraient construire pour décoller
d’une superterre comme Kepler-20 b. Crédit : Michael Hippke, 2018, arXiv

À 21 années-lumière de nous, une petite naine rouge appelée Gliese 625 gardait secrètement un énorme trésor, jusqu'à ce que les astronomes le découvrent en 2017. Là, dans la zone d'habitabilité de l'étoile, orbite une planète rocheuse 2,8 fois plus massive que la Terre, appartenant à la catégorie des superterres. Ces mondes, très courants dans l'univers, peuvent atteindre jusqu'à dix fois la masse terrestre. C'est le cas de Kepler-20 b, la plus grosse superterre connue à ce jour, qui tourne autour de l'étoile Kepler-20, à 945 années-lumière de notre planète.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   7/5/2018, 13:37

Seul sur Mars : un remake en antarctique ?
29 avril 2018

La Planète rouge ne pardonne pas. Pour tous les prétendants à la colonisation, Seul sur Mars servira d'avertissement... mais aussi d'inspiration. Comme aucun astronaute n'a encore été laissé pour mort sur Mars, les scientifiques ont tout leur temps pour apprendre à maîtriser l'agriculture martienne sur Terre, en Antarctique. Ce qu'ils font.


Cliquez sur l'image pour voir le film. Abandonné sur Mars par ses coéquipiers,
qui le croyaient mort, l’astronaute Mark Watney doit survivre coûte que coûte
par ses propres moyens, jusqu’à l’arrivée de la prochaine mission de la Nasa.
Crédit : Twentieth Century Fox France, YouTube

Entre les projets de la Nasa et de SpaceX, Mars est sans doute la planète la plus convoitée du Système solaire. C'est sans doute pourquoi Seul sur Mars jouit encore aujourd'hui d'une popularité indéniable. Acclamé par les critiques à sa sortie, ce film brille tant par son réalisme qu'il a été approuvé par les chercheuses de la Nasa impliquées dans le programme d'exploration de Mars.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   8/5/2018, 08:18

Rotation de Jupiter : l’énigme enfin résolue ?
30 avril 2018

Jupiter tourne en seulement dix heures sur elle-même, ce qui semble spectaculairement rapide pour sa taille mais c'est anormalement lent selon les scénarios expliquant sa formation. Une théorie vient d'être proposée pour résoudre cette énigme : comme le jeune Soleil (et d'autres étoiles), la géante aurait vu sa rotation freinée par des champs magnétiques.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Un schéma expliquant le mécanisme de freinage de la rotation de Jupiter
proposé par Konstantin Batygin. Voir les explications dans le texte ci-dessous. Crédit : James Keane

L'astronome Konstantin Batygin, connu pour ses travaux sur la possible existence d'une neuvième planète dans le Système solaire, vient à nouveau de faire parler de lui avec une publication sur arXiv. Il propose une solution à l'énigme de la vitesse de rotation anormale de Jupiter, qui concerne aussi Saturne et d'autres exoplanètes. Tous ces corps célestes tournent plus lentement sur eux-mêmes que ne le laissent prévoir les modèles de formation.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   9/5/2018, 11:52

Après l’ISS, une petite station internationale près de la Lune
30 avril 2018

La Nasa veut reconquérir la Lune et envoyer des humains sur Mars. Le budget 2019 permet de passer les premières commandes à l'industrie dès l'an prochain avec l'objectif de lancer en 2022 le premier élément de cette station spatiale, qui sera plutôt, en fait, un poste avancé d'exploration. Quant au rôle de l'Agence spatiale européenne, Bernardo Patti, le directeur de l'exploration, nous l'explique.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. La Nasa prévoit de lancer le premier élément de ce poste avancé, le module PPE
(Power Propulsion Element), en 2022 et de terminer son assemblage dès 2025. Crédit : SSL

Aux États-Unis, le regain d'intérêt pour la Lune se confirme. Poussée par l'administration Trump et un bon budget, la Nasa vient d'annoncer que les premiers contrats pour le futur poste avancé lunaire de l'exploration seraient signés dès 2019. Ces premiers contrats concerneront des équipements nécessaires aux futurs modules de ce poste avancé.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Actualités spatiales (mai)   10/5/2018, 10:47

Le champ magnétique de la Lune serait dû à un océan de magma
1er mai 2018

Une nouvelle théorie a été proposée pour expliquer l'intensité du champ magnétique de la Lune il y a plus de 4 milliards d'années. Il aurait été généré par effet dynamo, non seulement dans son noyau, mais aussi dans un océan de magma au-dessus de ce noyau, dans le manteau lunaire.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Une vue de l'échantillon de roche lunaire 10020 collecté par Neil Armstrong
et Buzz Aldrin. On y a mesuré un champ magnétique fossilisé. Crédit : NASA

La Lune a un jour généré son propre champ magnétique. Comment le sait-on ? Tout simplement parce que l'on a trouvé des traces de ce champ magnétique fossilisé dans les roches lunaires rapportées par les missions Apollo et parce que des champs magnétiques rémanents ont été mesurés depuis l'espace, comme la sonde Clementine l'a montré. Certaines de ces traces fossiles auraient cependant été formées par l'impact de petits corps célestes et c'est pourquoi pendant un moment, il n'était pas certain que les champs magnétiques mesurés aient bien leur origine dans les entrailles de notre satellite.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   11/5/2018, 17:53

Les lunes de Jupiter seraient nées sous l’influence de Saturne
2 mai 2018

Comment sont nées les grandes lunes de Jupiter découvertes par Galilée ? Io, Europe, Callisto et Ganymède pourraient devoir leur existence à une migration de Saturne au début de l'histoire du Système solaire, ou tout simplement à sa formation.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Une vue d'artiste de Jupiter au début de l'histoire du Système solaire.
Sa formation a laissé une région appauvrie en gaz et matière dans le disque protoplanétaire.
Au-delà du bord externe de cette région, des planétésimaux existaient encore et entraient en collision. Crédit : NASA

La naissance de la paléontologie au XIXe siècle, puis celle de la théorie de la tectonique des plaques, nous ont révélé depuis plus d'un demi-siècle à quel point l'histoire de la Vie et de notre Planète était riche et complexe, dominée par un concept clé : l'évolution. Il est de plus en plus clair qu'il en est de même pour le Système solaire. Nous sommes de plus en plus loin de l'image sage et régulière du monde horloge avec des orbites bien régulières et simples du temps de Kepler.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   12/5/2018, 09:37

Trous noirs supermassifs : notre galaxie en abriterait plusieurs
2 mai 2018

De grandes galaxies comme la nôtre pourraient posséder des halos de quatre à vingt trous noirs supermassifs dans un rayon d'environ un demi-million d'années-lumière. C'est ce que prédisent des simulations numériques dédiées à l'étude de la formation de ces trous noirs lors de collisions et fusions entre galaxies.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Crédit : Alain Riazuelo
Un effet de lentille gravitationnelle produit par un trou noir nomade.

Vers la fin des années 1960, quelques chercheurs, dont Martin Rees mais surtout son collègue et compatriote, l'astrophysicien britannique Donald Lynden-Bell (décédé récemment, le 6 février 2018), comprennent que la majorité des grandes galaxies doivent héberger en leur centre des trous noirs supermassifs. Sceptiques dans les années 1970, les collègues de Lynden-Bell et de Rees vont graduellement être convaincus. Aujourd'hui, c'est une thèse majoritairement acceptée depuis au moins 20 ans, même si une preuve définitive de la présence d'objets ayant bien un horizon des évènements conforme aux prédictions de la théorie de la relativité générale manque encore.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   13/5/2018, 09:50

Mission InSight : des cartes ultra précises des bruits de Mars faites en France
5 mai 2018

Pour fonctionner au mieux de ses capacités, le sismomètre français, que la Nasa doit amener sur Mars, doit être protégé de l'influence de la température, du vent martien et des vibrations de l'atterrisseur. Afin d'identifier la zone où l'installer, les scientifiques utiliseront des cartes inédites des bruits martiens réalisées par l'ISAE-Supaéro à Toulouse. David Mimoun, enseignant-chercheur responsable de l'équipe Systèmes spatiaux à l'ISAE-Supaéro et scientifique du projet Seis, nous explique ces cartes.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Exemple de carte de bruit sismique. En rouge, les zones où suivant
le vent dominant l’instrument est le plus perturbé par les pieds de l'atterrisseur (représenté ici de manière schématique).
En bleu, la zone possible de déploiement du sismomètre. Les cartes d’accessibilité par le bras robotique sont superposées
à une vue simulée de la zone d’atterrissage. Crédit : ISAE-SUPAERO, JPL, Caltech

Le sismomètre français Seis, qui a été lancé ce 5 mai à bord de l'atterrisseur InSight de la Nasa, a pour objectif d'étudier la structure interne de Mars en écoutant les séismes qui secouent la planète. Pour écouter battre le cœur de Mars, comme le dit si bien le CNES, l'instrument sera placé à même le sol martien.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   14/5/2018, 11:21

L’eau de la Terre vient-elle des astéroïdes ?
4 mai 2018

On simule la formation des cratères d'impact en laboratoire depuis les années 1960 grâce à l'Ames Vertical Gun Range. En tirant des projectiles de composition similaire aux astéroïdes riches en eau, des chercheurs viennent de montrer qu'une partie non négligeable de l'eau pouvait rester piégée dans les débris d'impact, éclairant l'origine de l'eau de la Terre.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Une impression d’artiste de l’océan de magma lunaire quelque temps après
la formation de notre satellite. La durée de vie de cet océan de magma correspond à la période durant laquelle
des astéroïdes riches en eau ont pu délivrer de l’eau à l’intérieur de la Lune. Crédit : INSU, CNRS, NASA/GFSC

Deux planétologues états-uniens viennent d'apporter un nouvel élément dans le débat déjà rempli de rebondissements concernant l'origine de l'eau des océans sur Terre et indirectement sur la Lune. Les deux questions sont liées du fait d'une origine commune de ces deux astres, révélée par les missions Apollo et qui ont conduit à la fameuse hypothèse de la collision entre notre planète bleue et Théia.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   15/5/2018, 10:51

ExoMars : TGO livre sa première image depuis sa position définitive
5 mai 2018

L'Agence spatiale européenne (ESA) vient de diffuser la première image acquise par la caméra Cassis, de l'orbiteur TGO (mission ExoMars), depuis sa position définitive autour de Mars. On y voit la crête d'un cratère d'impact appelé Korolev et situé à côté du pôle nord martien.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Le cratère Korolev vu par la sonde TGO, de l'ESA, avec une résolution de 5,08 mètres.
L'image, prise le 15 avril 2018, couvre une zone du cratère de 10 km par 40 km. Crédit : ESA, Roscosmos, CaSSIS Science Team

Après avoir terminé son aérofreinage autour de Mars fin février 2018, la sonde TGO, de l'Agence spatiale européenne (ESA), se trouve maintenant sur une orbite circulaire située à 400 kilomètres d'altitude et inclinée à 74° avec une période de révolution de deux heures. Cet orbiteur a débuté ses observations scientifiques. L'Agence spatiale européenne vient de rendre publique une première image prise le 15 avril depuis sa position définitive et qui est d'intérêt scientifique (les précédentes images, acquises depuis des altitudes plus élevées, avaient aussi un intérêt scientifique mais elles n'exploitaient pas tout le potentiel de cette caméra).

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   16/5/2018, 11:22

L’intrication quantique observée sur des objets presque macroscopiques
6 mai 2018

L'une des manifestations les plus incroyables de la physique quantique est probablement celle que l'on appelle l'intrication. Et après l'avoir observée sur des électrons et des atomes, des chercheurs affirment aujourd'hui en avoir été témoins sur des objets de taille presque macroscopique.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Téléporter les propriétés physiques d’un objet macroscopique
comme dans certains films de science-fiction grâce à l’intrication ? « Nous en sommes encore loin »,
reconnaissent les chercheurs. Crédit : Tombud, Pixabay, CC0 Creative Commons

L'intrication quantique. Un phénomène étrange par lequel deux objets distants se retrouvent comme liés - par des états quantiques dépendants l'un de l'autre - d'une manière qui défie le sens commun et même la physique classique. Et pour la toute première fois, des scientifiques ont pu obtenir et observer ce phénomène sur des objets macroscopiques. Enfin presque. Des objets dont le diamètre est de l'ordre de 15 micromètres.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   17/5/2018, 10:28

Amas de galaxies : leur formation déroute les cosmologistes
7 mai 2018

Des amas de galaxies se sont formés plus rapidement que ne le laissaient penser les simulations numériques réalisées d'après des observations menées avec des télescopes de l'ESO, comme Alma. La découverte déroute les cosmologistes, mais ne remet nullement en cause le modèle cosmologique standard.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Sur cette vue d’artiste figure un ensemble de galaxies interagissant
et fusionnant les unes avec les autres au sein de l’Univers jeune. Ces processus de fusion ont été observés au moyen
des télescopes ALMA et APEX. Ils sont à l’origine de la formation des amas galactiques, les objets les plus massifs
de l’Univers contemporain. Les astronomes pensaient que ces événements étaient survenus quelques trois milliards
d’années après le Big Bang. Leur surprise fut grande lorsque ces nouvelles observations révélèrent qu’ils se sont produits
alors que l’Univers était deux fois plus jeune ! Crédit : ESO/M. Kornmesser

Cela fait quelques décennies que les astrophysiciens réalisent des simulations numériques de plus en plus puissantes et précises pour décrire la formation des galaxies, et surtout la façon dont elles se rassemblent pour former des amas de galaxies, lesquels vont à leur tour donner des filaments constitués de ces amas enserrant des sortes de bulles beaucoup moins riches en matière.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19102
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   18/5/2018, 10:44

Hawking et le multivers : et le buzz revient…
7 mai 2018

Bis repetita... Après annonce officielle par l'université de Cambridge de la publication d'un brillant article de Stephen Hawking et Thomas Hertog concernant leur théorie du multivers, sur laquelle ils travaillaient ensemble depuis plus de dix ans, le buzz apparu il y a presque deux mois refait surface. Avec parfois des affirmations sans fondements...


Cliquez sur l'image pour voir le film. Interview : les théories sur les multivers sont-
elles scientifiques ? Le concept du multivers, après avoir alimenté la science-fiction
et le cinéma, infiltre le milieu de la physique théorique. Et s'il existait d’autres univers
que le nôtre, différents ou identiques ? Et si c'était le cas, comment le prouver
scientifiquement ? Futura-Sciences a interviewé Aurélien Barrau, astrophysicien
spécialisé en cosmologie et auteur du livre Des univers multiples, afin qu’il lève
le voile sur la question. Crédit : Futura, Youtube

Stephen Hawking est décédé le 14 mars 2018. Son génie va manquer pour résoudre les énigmes les plus tenaces de la théorie du Big Bang, en particulier celle d'une base quantique de la gravitation ou celle de l'existence d'un multivers découlant de la théorie de l'inflation. Peu de temps avant son décès, Hawking réfléchissait encore à ces deux questions en poussant un cran plus loin la théorie qu'il développait depuis plus de dix ans avec un de ses brillants collaborateurs, le physicien belge Thomas Hertog.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actualités spatiales (Année 2018)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Actualités spatiales (Année 2018)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASTROSAUCATS - Astronomie Gironde 33 (AG33) :: Le coin des passionnés :: Horizon des évènements-
Sauter vers: