ASTROSAUCATS - Astronomie Gironde 33 (AG33)

Partagez | 
 

 Actualités spatiales (novembre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Actualités spatiales (novembre)   10/11/2018, 22:14

Dioné, lune de Saturne, est couverte de mystérieuses stries rectilignes
1er novembre 2018

Selon une étude publiée dans la revue Geophysical Research Letters, les satellites Rhéa et Dioné possèdent des structures géologiques encore jamais vues ailleurs dans le Système solaire. Ces structures, qui n'existent pas sur la Terre, sont étonnamment rectilignes sur des centaines de kilomètres. Plus troublant encore, certaines d'entre elles sont parallèles ! Les explications d'Emily Martin et Alex Patthoff, les deux auteurs de l'étude.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Les longues lignes blanches (linear virgae) découvertes sur les satellites de Saturne :
Dioné (image à gauche) et Rhéa (à droite). Crédit : Nasa, Emily Martin & Alex Patthoff

Dioné, petit satellite de Saturne était connu des astronomes pour ses fines stries brillantes observées la première fois par les missions Voyager des années 1980 et pour son réseau de canyons enchevêtrés aux parois lumineuses. Les astronomes pensent également que Dioné est composé d'un noyau rocheux recouvert d'une épaisse couche de glace d'eau à la surface et qu'il y a probablement une couche d'eau liquide entre cette glace et ce noyau rocheux, à l'image des océans présents sous la surface glacée de la lune de Saturne, Encelade, et de la lune de Jupiter, Europa.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   11/11/2018, 17:02

Trous noirs supermassifs : la lumière trahirait leur formation par effondrement direct
1er novembre 2018

Les astrophysiciens et les cosmologistes sont perplexes en ce qui concerne l'origine des trous noirs supermassifs contenant au moins un million de masses solaires au cœur des galaxies. Un scénario d'effondrement direct d'un nuage d'hydrogène, simulé sur ordinateur, a conduit à une signature électromagnétique spécifique de ce phénomène que pourrait découvrir le télescope James-Webb.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Un schéma du scénario de formation directe de trou noir supermassif,
voir les explications ci-dessous. Crédit : Nature Astronomy Kirk S Barrow

Les trous noirs supermassifs sont l'une des grandes énigmes de l'astrophysique et de la cosmologie. Nous comprenons assez facilement comment peuvent se former des trous noirs stellaires, de l'ordre d'une dizaine de masses solaires, par effondrement gravitationnel d'étoiles contenant au moins une trentaine de masses solaires. Mais nous comprenons moins comment des objets compacts avec des millions voire des milliards de masses solaires peuvent se former dans le cosmos observable.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   12/11/2018, 13:31

Cette cellule solaire hybride produit de l’hydrogène et de l’électricité
2 novembre 2018

Les systèmes d'électrolyse de l'eau manquent d'efficacité. Mais des chercheurs pourraient avoir trouvé une solution astucieuse au problème. Ils ont développé une cellule solaire capable de transformer l'eau en hydrogène tout en produisant de l'électricité utilisable par ailleurs.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. L’électrolyse de l’eau permet de décomposer l’eau en dioxygène et en dihydrogène
à l’aide d’un courant électrique. Lorsque ce dernier est issu de sources renouvelables comme le soleil, l’hydrogène est dit propre.
Et grâce à l’idée de chercheurs américains, le procédé pourrait bientôt devenir suffisamment efficace pour éveiller les intérêts.
Crédit : Harunyigit, Fotolia

Parmi les pistes explorées dans le secteur des énergies renouvelables, il y a celle de l'électrolyse de l'eau grâce à une cellule solaire. L'idée : produire de l’hydrogène à partir seulement d'un peu d'eau et de lumière du soleil. Mais les dispositifs d'hydrolyse restent trop peu efficaces. Leurs propriétés optiques, électriques et chimiques restent à optimiser.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   13/11/2018, 06:57

Expansion de l’univers : ne dites plus loi de Hubble, mais loi de Hubble-Lemaître
2 novembre 2018

Une majorité des membres de l'Union astronomique internationale ont voté une résolution proposée par leurs collègues lors de la dernière assemblée générale. La priorité de Georges Lemaître sur Hubble, dans la découverte de la loi de l'expansion de l'Univers observable portant son nom, est officiellement reconnue.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Cette illustration montre Edwin Hubble (1889-1953), à droite,
et Georges Lemaître (1894-1966), à gauche. Le télescope sur la gauche est le télescope Hooker du mont Wilson
en Californie. Le télescope spatial Hubble est sur la droite. Crédit : NASA, ESA, A. Feild

Nous attendions impatiemment les résultats d'un vote électronique censé entériné, ou pas, une proposition faite au nom des membres présents à la 30e assemblée générale de l'Union astronomique internationale (International astronomical union ou IAU), qui s'est tenue il y a quelques mois à Vienne.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   14/11/2018, 09:09

Voie Lactée : Gaia révèle une collision géante avec une autre galaxie il y a 10 milliards d’années
2 novembre 2018

La révolution apportée par les données astrométriques de la mission Gaia de l'ESA se déroule sous nos yeux. La composition chimique et les orbites de dizaines de milliers d'étoiles suggèrent que la jeune et petite Voie lactée serait entrée en collision avec une autre galaxie baptisée Gaia-Encelade il y a 10 milliards d'années. Les deux astres auraient alors fusionné.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. L’archéologie galactique révèle le passé de la Voie Lactée, notamment ses collisions. Image
obtenue par le télescope spatial Hubble montrant les galaxies NGC 2207 et IC 2163 en interaction gravitationnelle. Crédit : NASA

La structure tectonique des roches et de leurs strates, ainsi que leur composition chimique et parfois leur mémoire magnétique, nous permettent de reconstituer l'histoire de la formation et de la dérive des continents sur des centaines de millions d'années. De même, les trajectoires et orbites des étoiles dans la Galaxie ainsi que leur contenu en éléments plus lourds que l'hydrogène, l'hélium et leurs isotopes, devaient permettre de faire de l'archéologie galactique.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   15/11/2018, 06:48

L’optique 2.0 des futurs télescopes géants arrive
3 novembre 2018

Pour tirer parti de toute la capacité optique des futurs télescopes géants, il est nécessaire de doter ces observatoires, de près de 40 mètres de diamètre, d'une optique adaptative très performante. Pour le E-ELT de l'ESO, dont la construction a débuté, cette optique adaptative utilisera un miroir déformable piloté par des algorithmes si puissants qu'ils seront capables de corriger la turbulence atmosphérique à l'échelle d'une centaine de nanomètres tout au long de 15 kilomètres de couche turbulente. Damien Gratadour, astronome à l'Observatoire de Paris et responsable de l'équipe Contrôle temps-réel du Leisa, nous explique cette véritable performance.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Ces nouveaux algorithmes ont été testés avec succès
avec le système d’optique adaptative du télescope de Subaru de l’Observatoire national
d’astronomie du Japon (NAOJ). Crédit : National Astronomical Observatory of Japan

L'un des défis majeurs dans la réalisation des futurs télescopes géants concerne la dégradation des images par la turbulence atmosphérique. Ce phénomène est géré par tous les grands télescopes en service aujourd'hui grâce à l'utilisation de systèmes d'optique adaptative. Ils déforment le miroir en permanence pour compenser ces turbulences en temps réel mais aussi pour corriger les défauts des miroirs principaux et secondaires.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   16/11/2018, 07:00

Gravity conforte l’existence d’un trou noir supermassif au cœur de la Voie Lactée
4 novembre 2018

L'existence de véritables trous noirs - en particulier ceux décrits par la fameuse solution de Kerr lorsqu'ils sont en rotation - vient de recevoir une confirmation supplémentaire en observant, grâce à l'instrument Gravity de l'Eso, Sagittarius A*, notre trou noir supermassif galactique supposé. Cette confirmation semble solide, même si le dernier mot à ce sujet n'a pas encore été dit.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Sur cette vue d’artiste figure la trajectoire de l’étoile S2 passant à proximité du trou noir
supermassif situé au centre de la Voie Lactée. A mesure qu’elle s’approche du trou noir, l’étoile arbore une couleur toujours plus
rougeâtre. Cet effet, prédit par la relativité générale d’Einstein, résulte de la présence d’un champ gravitationnel très intense.
Sur ce graphe, le rougissement ainsi que la taille des objets ont été volontairement exagérés. Crédit : ESO/M. Kornmesser

On attendait pour la fin de cette année la révélation d'une image associée au trou noir supermassif de la Voie lactée grâce à l'Event Horizon Telescope (EHT). Image en mesure de vérifier, ou non, la validité de la théorie de la relativité générale et ses conséquences, en particulier l'existence même des trous noirs avec un horizon des évènements. Mais il y a quelques semaines, l'astrophysicienne Sara Issaoun a révélé dans un article sur le site de l'Istituto nazionale di astrofisica italien, en abrégé Inaf, pour Institut national d'astrophysique, qu'il faudra attendre encore l'année 2019.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   17/11/2018, 20:45

Dawn : fin de cette mission exceptionnelle qui a exploré Cérès et Vesta
5 novembre 2018

La sonde Dawn de la Nasa, qui a visité Vesta et Cérès, les deux astéroïdes les plus grands de la ceinture d'astéroïdes principale, a terminé sa mission. À la clé, des avancées scientifiques significatives sur l'origine et l'évolution de la formation des planètes du Système solaire. Dawn est aussi un pari technologique gagnant. Cette sonde utilisait un système de propulsion électrique, ce qui lui a permis de rejoindre ses deux cibles, pourtant distantes de plusieurs millions de kilomètres l'une de l'autre.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. De son lancement en septembre 2007 à la fin de sa mission en novembre 2018,
la sonde Dawn aura parcouru quelque 6,9 milliards de kilomètres. Crédit : NASA, JPL

Lancée en septembre 2007, la mission Dawn a terminé son exceptionnelle mission il y a quelques jours. Après avoir rejoint et exploré les astéroïdes Vesta, de juillet 2011 à juillet 2012, et Cérès, de février 2015 à aujourd'hui, la sonde est tombée en panne d'hydrazine. Contrairement à la sonde Cassini, qui a délibérément plongé dans l'atmosphère de Saturne pour éviter tout risque de contamination des satellites de la planète, Dawn restera en orbite autour de Cérès. Les contrôleurs au sol ont mis la sonde sur une orbite de façon qu'elle ne s'écrase pas avant au moins 20 ans, voire plusieurs décennies de plus.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   18/11/2018, 20:31

Le CERN sur la piste de l’antigravité avec le GBAR et Alpha-g
6 novembre 2018

Deux expériences au Cern ont entamé une dernière ligne droite avant des prises de données concernant la façon dont les atomes d'antihydrogène tombent dans un champ de gravitation. Vont-ils tomber à la même vitesse que les atomes d'hydrogène, voire être repoussés par la Terre ? On pourrait donc établir l'existence d'effet d'antigravité.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Le CERN est sur la piste de l’antigravité avec l’expérience GBAR.
Ici, l’anneau de décélération Elena, de 30 mètres de circonférence, qui réduit l’énergie des antiprotons
pour améliorer l’efficacité des expériences sur l’antimatière. Crédit : Maximilien Brice, CERN

Bloquer les effets de la gravité est un vieux rêve de la science-fiction remontant au moins à la fameuse cavorite de H.G Wells. Mais la question de l'existence bien réelle d'une forme d'antigravité est aussi une interrogation à laquelle les physiciens ont tenté de répondre depuis des décennies. Il y a eu des spéculations dans le cadre des théories proposées pour prolonger la relativité générale, par exemple avec une théorie unifiée de la gravitation et de l'électromagnétisme. On pouvait se demander si elle ne livrerait pas un moyen de contrôler la gravité, en la supprimant, avec un champ électromagnétique convenablement généré.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   19/11/2018, 15:47

De mystérieux nuages de poussière découvert en orbite autour de la Terre
9 novembre 2018

La Lune n'est pas seule. Deux compagnons faits de poussières lui emboîtent le pas sur son orbite autour de la Terre. Véritables fantômes, ces nuages dits « de Kordylewski » échappent aux astronomes depuis plus d'un demi-siècle. Mais des scientifiques hongrois viennent finalement de mettre le doigt dessus. Gábor Horváth et Judit Slíz-Balogh ont partagé avec Futura les secrets de leur découverte.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Les nuages de Kordylewski, des sortes de satellites naturels de la Terre, sont des amas de poussière en orbite autour
de notre planète à la même distance que la Lune. Leur existence, controversée depuis plus d’un demi-siècle, vient d’être confirmée par des observations inédites
et effectuées par imagerie polarimétrique. Ici, une vue d’artiste du nuage de Kordylewski au point de Lagrange L5 du système Terre-Lune. Crédit : Gábor Horváth

Deux « satellites » insaisissables tournent impunément autour de notre planète à environ 400.000 km au-dessus de nos têtes, soit sur la même orbite que notre bonne vieille Lune. Observés pour la première fois en 1961 par l'astronome polonais, Kazimierz Kordylewski, dont ils ont pris le nom mais théorisés quelques années auparavant, ces nuages de poussière évoluent aux points de Lagrange L4 et L5 du système Terre-Lune.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   20/11/2018, 13:09

Anniversaire de Carl Sagan : pionnier de l’exobiologie
9 novembre 2018

Carl Sagan fut l'un des promoteurs du programme Seti, de la plaque de la mission Pioneer et du fameux Golden Record de Voyager. Ce 9 novembre 2018, celui qui a marqué la vie de centaines de millions de personnes avec sa série Cosmos et ses livres aurait eu 84 ans. Au moment où les découvertes d'exoplanètes se multiplient, c'est l'occasion de se souvenir de lui.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Carl Sagan, le grand astrobiologiste. Crédit : NASA, Cosmos Studies

Carl Sagan est né le 9 novembre 1934 et sa vie prit fin le 20 décembre 1996 à la suite d'une pneumonie, alors qu'il était en rémission d'un syndrome myélodysplasique. Probablement l'astronome le plus célèbre du monde, il devait sa popularité à la mythique série de 13 émissions : Cosmos.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   21/11/2018, 17:08

La Station spatiale chinoise se dévoile grandeur nature
10 novembre 2018

La Chine, qui prévoit de débuter la construction de sa station spatiale au début de la décennie 2020, en a présenté sa maquette à l'échelle 1. Cette station succédera à l'ISS qui devrait être abandonnée à l'horizon 2024 et permettra à la Chine de conforter sa place de troisième puissance spatiale mondiale.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Tian Gong, la station spatiale chinoise, pourra accueillir jusqu’à 6 personnes.
Elle sera occupée en permanence par un équipage de trois « taïkonautes » Crédit : CMSA

La Chine a dévoilé une maquette à l'échelle 1 de sa future station spatiale qu'elle prévoit d'assembler en orbite à l'horizon 2022. Cet évènement a eu lieu au salon aéronautique de Zhuhai qui a lieu tous les deux ans en alternance avec celui de Pékin.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   22/11/2018, 11:41

NASA : feu vert pour une mission d’exploration des astéroïdes troyens de Jupiter
10 novembre 2018

La Nasa a officialisé le développement de Lucy, la première mission à destination des Troyens de Jupiter de façon à mieux comprendre la formation du Système solaire. Ces astéroïdes sont d'un type particulier. Ils pourraient s'être formés dans la ceinture de Kuiper, aux confins du Système solaire avant de migrer à leur position actuelle. Si leur origine s'avère exacte, ils pourraient bien nous renseigner sur le Système solaire, seulement quelque 10 millions d'années après sa formation.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Ce schéma illustre la trajectoire de la mission. En forme de bretzel, il décrit le parcours de la sonde,
de son lancement, avec deux survols de la Terre, au survol du dernier astéroïde cible, en 2033. Crédit : Southwest Research Institute

En même temps que la sonde Dawn terminait sa mission autour de la planète naine Cérès, la Nasa a officialisé le lancement de Lucy. Cette mission sera la première à destination des Troyens de Jupiter, des petits corps célestes piégés aux points de Lagrange L4 et L5 de la géante gazeuse et qui intriguent les astronomes et les planétologues.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   23/11/2018, 11:13

Cette étoile est presque aussi ancienne que le Big Bang ! Un record
11 novembre 2018

De son petit nom, 2MASS J18082002-5104378, cette étoile binaire est si pauvre en éléments lourds qu'elle a dû se former il y a 13,5 milliards d'années donc, peu de temps après le Big Bang. On sait aujourd'hui qu'elle contient une étoile de faible masse, laissant penser que d'autres de ce genre, encore plus vieilles, dites « de type III », pourraient exister encore dans la Voie lactée.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Une équipe d’astronomes brésiliens et américains conduit par Jorge Melendez
de l’université de São Paulo ont utilisé deux télescopes d’ESO (Observatoire européen austral) pour découvrir que cette étoile,
appelée 2MASS J18082002–5104378, est en fait une rare relique de l’époque de la formation de la Voie lactée. En tant que telle,
elle fournit aux astronomes une précieuse opportunité pour étudier les premières étoiles qui sont nées dans notre galaxie.
2MASS J18082002–5104378 a été remarquée en 2014 par le télescope New Technology Telescope d’ESO. Des observations successives
avec le Very Large Telescope ont montré que, au contraire des étoiles jeunes comme le Soleil, cette étoile montre une très grande
pauvreté en métaux - les éléments chimiques plus lourds que l’hydrogène et l’hélium. En fait, ces éléments manquent tellement
qu’on appelle cette étoile une UMP (ultra metal-poor star en anglais). Elle est, en outre, la plus brillante UMP jamais découverte !
Crédit : ESO/Beletsky/DSS1 + DSS2 + 2MASS

Nommée 2MASS J18082002-5104378, cette étoile binaire spectroscopique est découverte depuis plusieurs années. Son analyse spectrale avait déjà été entreprise pour déterminer la composition chimique de son atmosphère et pour estimer sa composition globale. Qui dit « binaire spectroscopique », dit que l'astre compagnon ne peut pas se voir directement mais que ses effets gravitationnels se perçoivent sous forme d'un effet Doppler sur les raies spectrales de l'étoile ; celle-ci est alors en mouvement orbital autour du centre de masse du système binaire qu'elle constitue avec lui. On pensait à l'époque qu'une étoile à neutrons ou un trou noir, astres peu lumineux, étaient les responsables de ce décalage spectral périodique.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   24/11/2018, 18:31

Exoplanètes : les mouvements de Bêta Pictoris b en time-lapse
12 novembre 2018

Depuis 2014, des astronomes ont pris des images de l'exoplanète Bêta Pictoris b avec l'instrument Sphere du VLT de l'ESO. Cela leur a permis aujourd'hui de réaliser un timelapse du mouvement de cette géante gazeuse âgée de moins de 23 millions d'années.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Le très grand télescope (VLT) de l'ESO a capturé une série d'images sans précédent
montrant le passage de l'exoplanète Bêta Pictoris b autour de son étoile parente. Cette exoplanète jeune et massive
a été découverte en 2008 à l’aide de l’instrument Naco du VLT. Crédit : ESO/Lagrange/SPHERE consortium

Carl Sagan en a peut-être rêvé, en tout cas les astronomes du XXIe siècle l'ont fait. Il est en effet possible depuis quelques années non seulement de faire de la détection d'exoplanètes par imagerie directe mais aussi de suivre leurs mouvements autour de leur étoile hôte. Il a fallu pour cela une nouvelle génération d'instruments utilisant les derniers raffinements de l'optique adaptative pour corriger les effets de la turbulence de l'atmosphère, effets délétères sur le pouvoir de résolution théorique des télescopes, mais aussi des techniques avancées et subtiles de traitement de l'image.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   25/11/2018, 11:10

Les trous noirs supermassifs sur le point d’entrer en collision sont nombreux
14 novembre 2018

Cela fait 50 ans environ que l'on a proposé l'hypothèse de l'existence de trous noirs supermassifs au cœur de très nombreuses galaxies, où ils alimentent en énergie les quasars. On réalise maintenant que des trous noirs supermassifs binaires n'y sont pas rares et on sait comment établir leur présence.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Les jets des trous noirs binaires changent de direction en permanence. Cet effet peut
expliquer les caractéristiques de cette carte radio du quasar 3C 334 à 5 GHz et celles de nombreuses sources radio puissantes
dans le ciel. Le jet émane du noyau d’une galaxie (ses étoiles ne sont pas visibles aux fréquences radio) à environ 10 milliards
d’années-lumière de la nôtre. L’image couvre cinq millions d’années-lumière de gauche à droite. La structure particulière
des jets indique un changement périodique de la direction du jet (précession). Crédit : M. Krause, University of Hertfordshire

Nous avons de nombreuses raisons de croire que la croissance des galaxies s'accompagne de la croissance des trous noirs supermassifs qu'elles abritent dans leur cœur et qu'en retour ces trous noirs influent sur le taux de formation des étoiles et le contenu en gaz et en poussière des galaxies.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   26/11/2018, 07:50

Une fractale quantique construite à partir d’électrons !
15 novembre 2018

Les physiciens n'en finiront décidément jamais de nous surprendre. Cette fois, c'est en créant un type de fractale connu sous le nom de triangle de Sierpinski. Et cela à partir d'électrons à l'échelle quantique. De quoi, espèrent-ils, révéler des comportements électroniques encore inconnus.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Les chercheurs de l’université d’Utrecht ont calculé que les fonctions d’onde de ces électrons
héritent de la dimension fractionnaire dans laquelle ceux-ci sont confinés. Crédit : Kempkes et al., Université d’Utrecht

Une structure fractale se caractérise par le fait qu'elle reste inchangée par application d'un zoom, qu'il soit avant ou arrière. Ainsi, un petit morceau de chou Romanesco ressemble généralement à un brocoli tout entier. Et les structures fractales, au-delà de leur aspect étourdissant, peuvent avoir des applications intéressantes. En électronique, elles sont utilisées pour la fabrication d'antennes qui permettent d'émettre et de recevoir sur de larges fréquences, par exemple.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   27/11/2018, 07:09

Une exoplanète découverte autour de l’étoile de Barnard : la réalité rejoint la fiction !
17 novembre 2018

Découverte à la fin du XIXe siècle, l'étoile de Barnard alimentait les recherches des astronomes et les auteurs de science-fiction depuis des décennies. Les astronomes de l'ESO annoncent aujourd'hui qu'elle posséderait au moins une exoplanète, une superterre même.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. L’étoile simple la plus proche du Soleil abrite une exoplanète dont la masse excède les 3,2
masses terrestres, soit une superterre. Des données issues d’un réseau mondial de télescopes parmi lesquels figure l’instrument
Harps, le chasseur de planètes de l’ESO, ont mis au jour l’existence de ce monde glacé et peu éclairé. Cette planète nouvellement
découverte constitue la seconde exoplanète la plus proche de la terre en orbite autour de l’étoile qui se déplace le plus rapidement
dans le ciel nocturne. Sur cette image, figure une vue d’artiste de la surface de la planète. Crédit : ESO, M. Kornmesser

Quelques jours après l'anniversaire de la naissance de Carl Sagan, voilà que l'ESO vient sans doute, mais très indirectement, de relancer un peu les rêves autour d'un projet de vaisseau interstellaire. L'exobiologiste états-unien en avait fait découvrir l'existence à des centaines de millions de personnes via sa fameuse série T.V, Cosmos, et le livre qui l'accompagne.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   28/11/2018, 06:55

Le système solaire au cœur d’un ouragan de matière noire ? Ah bon ?
18 novembre 2018

Les raisons de croire à l’existence de la matière noire sont plus solides que jamais. Mais ce n’est pas une raison pour s’emballer à chaque fois qu’un article portant sur le sujet est publié, notamment quand on ne fait que spéculer sur un soi-disant ouragan de matière noire traversant le Système solaire.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Vue d'artiste du courant de marée des étoiles et de la matière arrachés
à une galaxie naine par une grande galaxie comme la Voie lactée. Crédit : Jon Lomberg

Le bilan des analyses des données de la mission Planck ne fait que renforcer considérablement la confiance que les cosmologistes ont dans la pertinence du modèle cosmologique standard. Si celui-ci n’est pas sans problèmes ni interrogations légitimes, il faut dire qu’il repose sur plusieurs tests qui sont tous concordants dans une large mesure. Nous ne savons toujours pas comment expliquer les caractéristiques du rayonnement fossile et la naissance des galaxies sans matière noire. La densité moyenne que l’on trouve la concernant avec ces caractéristiques est la même que celle nécessaire pour expliquer les mouvements des amas de galaxies et des étoiles dans les galaxies.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   29/11/2018, 07:30

Mars 2020 : la Nasa a dévoilé le site où le rover cherchera des traces de vie
20 novembre 2018

La Nasa vient d'annoncer que le rover Mars 2020 atterrira dans le cratère Jezero où l'équipe de la mission est convaincue que ce site abrite de nombreux fossiles de micro-organismes, s’ils ont existé bien évidemment. La Nasa a également ouvert la voie à une méga-mission ! En effet, à la fin de sa mission initiale, le rover sera vraisemblablement dirigé vers Midway, autre site propice à la découverte de traces de vie. L'intérêt d'explorer deux sites aux caractéristiques géologiques différentes augmente le retour scientifique ; c'est aussi une stratégie pragmatique en vue du retour des échantillons que va collecter le rover. En effet, plusieurs points de collecte sont prévus qui sont autant d'options possibles pour le rover qui viendra les récupérer. Nos explications sur cette méga-mission avec Cathy Quantin-Nataf, directrice de l’équipe ERC e-Mars, en charge de la sélection du site d’atterrissage du rover ExoMars 2020.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Le cratère Jezero, dont on peut voir les traces d’un ancien delta et lac,
sera le site d’atterrissage du rover Mars 2020. Crédit : Nasa, JPL-Caltech, MSSS, JHU-AP

La Nasa a choisi le cratère Jezero comme site d’atterrissage du rover Mars 2020. Ce rover doit quitter la Terre en 2020, à l’intérieur d’une fenêtre de lancement qui s’ouvre le 17 juillet et se ferme le 5 août 2020. Il a pour principaux objectifs la recherche directe de signes d'une vie microbienne passée, de collecter des échantillons qui seront récupérés par une autre mission, et de préparer l’arrivée d’une première mission habitée sur la planète rouge. Son atterrissage sur Mars est prévu en février 2021.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   30/11/2018, 06:27

Le jumeau perdu du Soleil aurait été retrouvé à 184 années-lumière !
21 novembre 2018

Le Soleil est né en même temps que d'autres étoiles sœurs dans un amas aujourd'hui dispersé dans la Voie lactée. On pense qu'il pourrait même avoir un frère jumeau (ou une sœur jumelle, c'est selon) avec lequel il formait temporairement une étoile binaire. Ce jumeau pourrait avoir été retrouvé.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Une vue du nuage moléculaire de Persée. Crédit : Lorand Fenyes

Si vous avez la chance de descendre un jour en dessous de l'équateur, pour voyager dans l'hémisphère Sud, vous pourrez pleinement voir la constellation du Paon, bien qu'elle soit peu lumineuse. Elle se signale quand même par une étoile quasiment de première magnitude qui est la plus brillante de la constellation : α Pavonis. C'est une sous-géante bleue, environ 5 fois plus massive que le Soleil.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   1/12/2018, 16:30

‘Oumuamua serait bien une comète selon la Nasa
22 novembre 2018

Des chercheurs qui ont étudié les observations de 'Oumuamua par Spitzer ajoutent une touche à son portrait. Pourtant le télescope spatial n'a rien vu. Selon leurs recherches, le premier objet interstellaire détecté par l'humanité serait une comète mais une comète pas comme les autres...


Cliquez sur l'image pour l’agrandir.
Illustration de ‘Oumuamua dégazant légèrement au cours de sa traversée du Système solaire. Crédit : Nasa, JPL-Caltech

Suite de la série 'Oumuamua, le premier objet interstellaire détecté par les Terriens qui n'en finit pas de faire parler de lui. Est-ce une comète ? Un astéroïde ? Un vaisseau extraterrestre ? Les investigations des astronomes continuent malgré que ce visiteur venu d’une autre étoile s'éloigne en direction des frontières du Système solaire.

Toujours dans un souci de composer un portrait de cet objet étrange, des chercheurs, qui comptent parmi eux des scientifiques de la Nasa, apportent une petite touche, via les observations réalisées par le télescope spatial Spitzer, lequel regarde le cosmos dans l'infrarouge. Une étude qui renforce l'hypothèse que 1I/‘Oumuamua est bien une comète.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   2/12/2018, 16:37

Un tiers des exoplanètes seraient des planètes-océans
23 novembre 2018

L'eau, une ressource précieuse sur Terre, abonde dans l'univers. Tant et si bien qu'un tiers des exoplanètes seraient des mondes aquatiques. Une nouvelle recherche nous en apprend un peu plus sur la structure et les caractéristiques de ces mystérieuses planètes plus grosses que la Terre, dites « planètes-océans », inconnues dans notre système solaire.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Simulation d’une exoplanète recouverte d’un vaste
océan d’eau liquide. Crédit : James Kelly, YouTube/Nasa Kepler Mission/Dana Berry

Alors que le compteur des exoplanètes augmente inlassablement – il affiche 3.838 à l’heure où ces lignes sont écrites –, la question qui nous taraude tous est : à quoi peuvent-elles bien ressembler ? D’après Li Zeng, astronome à Harvard, et ses collègues, beaucoup d’entre elles pourraient bien faire pâlir de jalousie notre planète bleue. Leur analyse, présentée à la conférence internationale de Goldschmidt sur la géochimie en août et publiée dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, montre en effet que les mondes riches en eau sont monnaie courante : jusqu’à 35 % des planètes seraient constituées à moitié d’eau ! Par comparaison, tous les océans de la Terre ne comptent que pour 0,023 % de sa masse totale.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   3/12/2018, 10:54

Réalité virtuelle : découvrez le trou noir supermassif de la Voie Lactée comme si vous y étiez !
24 novembre 2018

Vous avez toujours rêvé de vous prendre pour les explorateurs intrépides du film Le trou noir de Walt Disney ou plus récemment d'Interstellar de Christopher Nolan ? C'est en partie possible grâce à une puissante simulation en 3D et réalité virtuelle qui vous met à la place d'un observateur dans le domaine radio autour du disque d'accrétion tourbillonnant du trou noir supermassif de la Voie lactée.


Cliquez sur l'image pour voir le film. La simulation réalisée montrant l'aspect du plasma
tourbillonnant autour du trou noir supermassif de notre Galaxie commence par la vue
d'un observateur autour de ce trou noir et l'effet de lentille gravitationnelle qu'il provoque
sur le fond d'étoiles. Le temps est bien sûr accéléré. Crédit : J. Davelaar, T. Bronzwaer,
D. Kok, Z. Younsi, M. Moscibrodzka, & H. Falcke BlackHoleCam, Radboud University
Nijmegen, Goethe University Frankfurt

Nous attendons tous la fameuse image prise avec l'aide de radiotélescopes, qui est en cours de traitement, et qui devrait nous montrer le trou noir supermassif de la Voie lactée comme on ne l'a jamais vu, au point de révéler, peut-être, l'existence de son horizon des évènements. Hélas, on sait que les membres du consortium Event Horizon Telescope ne pourront pas nous la livrer avant l'année prochaine.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGEL
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 19628
Date d'inscription : 14/07/2009
Age : 51
Localisation : L'espace... l'ultime frontière !
Emploi/loisirs : Astronomie, astrophoto
Humeur : Amoureuse !

MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   4/12/2018, 10:56

Exobiologie : des superterres protégées par un océan de magma magnétique ?
27 novembre 2018

Le magma n'est pas vraiment conducteur dans des conditions de pressions et de températures ordinaires. En revanche, il devrait l'être en profondeur, dans les océans magmatiques primitifs, en particulier des superterres. Des boucliers magnétiques favorables à la naissance de la vie à la surface refroidie de ces océans pouvaient donc exister précocement et parfois pendant peut-être des milliards d'années pour les superterres.


Cliquez sur l'image pour l’agrandir. La surface de la Lune photographié par Eugène Cernan, de la mission Apollo 17. Crédit : Nasa

Il ne suffit pas de découvrir une exoplanète rocheuse dans (ou au bord) de la zone d'habitabilité pour en déduire qu'elle est effectivement (ou pas) accueillante pour la vie, permettant ainsi son évolution vers des formes complexes susceptibles de donner naissance à une civilisation technologiquement avancée. La composition chimique de l'atmosphère et le contenu initial en eau influent sur son habitabilité et brouillent les cartes. Même une exoplanète en rotation synchrone avec son Soleil, que l'on pourrait croire invivable car présentant toujours une même face, ne l'est pas forcément en raison de mécanismes de répartition de la chaleur.

Pour voir l'intégralité de l'article : cliquez ICI.

Source : Futura Sciences


ACTUALITES SPATIALES (Année 2018)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actualités spatiales (novembre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Actualités spatiales (novembre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASTROSAUCATS - Astronomie Gironde 33 (AG33) :: Le coin des passionnés :: Horizon des évènements-
Sauter vers: